Béatrice Caretti
Reiki Paris

Il y a quelques temps, je publiais un article sur le sucre et son potentiel addictif. Ci-dessous la synthèse d’une étude qui confirme que les aliments à index glycémique élevé (notamment tous les aliments au goût sucré, mais aussi les aliments à base de farine raffinée, les produits sucrants tels que le glucose, la mélasse, etc) stimulent une partie du cerveau impliquée dans les addictions. Une raison de plus pour surveiller la consommation de sucre et de produits sucrés de vos enfants. En effet, c’est dès l’enfance, l’adolescence que les habitudes alimentaires se construisent et peuvent favoriser ou non l’apparition d’un diabète de type II ou d’une obésité.

Même si vous êtes en surpoids, il est souvent difficile de renoncer aux aliments hautement caloriques. Une étude américaine publiée dans American Journal of Clinical Nutrition vient de détecter certains éléments responsables de ce phénomène. L’index glycémique (IG) élevé, caractéristique des aliments sucrés ou contenant de la farine blanche, active le système mésolimbique du cerveau, qui joue également un rôle de « système de récompense » dans le comportement addictif.

Dans l’étude, dirigée par David Ludwig du Harvard Children’s Hospital à Boston (Massachusetts, États-Unis), douze hommes en surpoids, mais en bonne santé, ont reçu des boissons lactées (milkshakes) ayant un index glycémique élevé ou faible. Quatre heures plus tard, l’activité cérébrale et la glycémie des participants ont été mesurées.

« Comme on s’y attendait, les hommes ayant consommé le milkshake à IG élevé ont présenté une augmentation rapide de la glycémie, suivie d’une diminution importante conduisant à une hypoglycémie. En outre, nous avons découvert une activation puissante du noyau accumbens, comparativement à ce qui est observé avec les milkshakes à faible IG », a déclaré Belinda Lennerz de la clinique universitaire d’Ulm (Allemagne), qui faisait également partie de l’équipe de l’étude.

En dehors de l’index glycémique, les milkshakes avaient une même teneur en calories, lipides, protéines et glucides. « Il n’y avait pas non plus de différence de goût », a assuré Belinda Lennerz. « Les glucides transformés stimulent les centres d’addiction dans le cerveau », déclare-t-elle dans sa conclusion. Il ne se produirait pas d’impulsions alimentaires addictives si on évitait ce type d’aliments, ont souligné les chercheurs.